DESSINE MOI UNE PROJECTION

« La pensée croit qu’il existe un monde extérieur séparé d’elle. Ceci est une illusion. Le monde entier constitue une projection. Quand vous êtes fermé et apeuré, le monde est hostile; quand vous aimez ce qui est, tout dans le monde devient le bien-aimé. L’intérieur et l’extérieur coïncident toujours. Le monde est le miroir de votre pensée. Le monde est une illusion d’optique. Il n’y a que vous misérable et fou, ou bien encore vous, enchanté et en paix»1

Déjà, qu’est ce qu’une projection et pourquoi il est important de reconnaître une projection, les nôtres et celles des autres?

Simplement parce que c’est un outil puissant de CHANGEMENT.

Alors comment faire pour reconnaitre une projection?

La projection, d’un point de vue psychanalytique est un MECANISME DE DÉFENSE qui vise à transposer sur autrui un mouvement psychique. 

On peut traduire cela par le fait que quelqu’un tente d’identifier à l’intérieur de l’autre une partie de soi. ( Bien souvent, celle que la personne n’a pas envie de voir)

On peut distinguer la projection dite PATHOLOGIQUE comme la paranoïa et la projection plus commune que l’on utilise tous et des fois à tort et à travers. C’est celle là même qui va nous intéresser.

Pourquoi? Parce qu’en identifiant vos propres projections et celles des autres, vous devenez  à même, dans un premier temps, de vous responsabiliser dans votre rapport à l’autre. Et d’identifier votre propre besoin de changement.

Voilà ce qu’il se passe quand VOUS PROJETEZ:

Je prends l’exemple d’une personne proche qui me parle de sa difficulté en tant qu’adulte, de dire à ses parents qu’elle fume. Celle-ci anticipe une réaction de leur part de type: « ils vont me faire des remarques sur le fait que c’est mauvais sur la santé et sur le fait que ça coûte cher. »

On peut soit se dire que ses parents sont des personnes qui jugent, soit se dire que celle-ci projète sa propre PERCEPTION, quand au fait qu’elle fume. C’est à dire qu’elle même se juge par rapport à cette situation et elle même se dit que c’est mauvais pour la santé et que ça coûte cher. Sauf que c’est plus pratique d’attribuer cette perception à l’autre, cela permet une belle économie psychique. En gros, cela lui évite de penser à son propre regard sur elle-même.

À partir du moment où cette personne convient que c’est en elle que ce mouvement s’opère et qu’elle peut se réapproprier ses pensées, alors le changement devient possible.

Dans un deuxième temps, il est intéressant de se pencher sur les projections des autres envers vous. Ceci permet d’être beaucoup moins influençable.

Voilà ce qu’il se passe quand ON PROJÈTTE SUR VOUS:

Ces projections sont de différentes natures.

Elles se présentent généralement sous la forme d’une INTERPRETATION et cachent derrière elles des CROYANCES personnelles. Quand les gens vous voient et vous écoutent et qu’ils projèttent, ils « plaquent » sur vous leurs filtres personnels. Ceci se fait en fonction de leurs croyances personnelles, de leur vision du monde et de leur histoire.

Et oui, l’interprétation d’un événement ou d’une situation est une projection donc «pincette»quand vous commencez à juger quelqu’un, à conseiller, à interpréter.

C’est à dire que POUR VOUS COMPRENDRE , les gens s’arrangent pour faire rentrer ce que vous leur dites ou ce qu’il voient dans un cadre qu’il connaissent.

« C’est parce qu’on ne sait pas, ou qu’on craint de ne pas comprendre, ou que l’on doute de comprendre que l’on est amené à interpréter. »2

Voilà différents exemples:

Quelqu’un vous dit par rapport à votre situation:

« T’as pas de chance »:

Cette personne attribue les événements qui arrivent aux autres de manière binaire. Il y a les gens qui ont de la chance et les gens qui n’ont pas de chance. Et elle fonctionne probablement par rapport à elle de la même manière.

Quelqu’un vous dit:

« Il faut que tu prennes une décision »

Il se peut que cette personne soit elle même dans un inconfort face à une prise de décision là concernant ou encore il est important de ne pas rester dans le doute pour cette personne.

Quand vous commencez à ÉCOUTER ce que quelqu’un interprète  de ce que vous faites et de ce qui vous arrive ou de ce que vous devriez faire , alors VOUS N’ENTENDEZ PLUS LES CHOSES DE LA MÊME MANIÈRE.

En effet, quand les gens donnent leur AVIS, CONSEILLENT, JUGENT, bien souvent ils projèttent par rapport à eux, par rapport à leur propre histoire, par rapport à leur propre perception des choses.

Imaginons que vous exprimiez votre mal-être à quelqu’un, vous avez là tout un tas de projections possibles de la part de votre interlocuteur:

  1. T’as pas vraiment de raison de râler, il y a pire que toi.  incompréhension et REJET
  2. Tu devrais faire ceci ou cela pour t’ en sortir. Position haute et CONSEIL
  3. Tu ne penses pas que c’est ton complexe d’oedipe qui revient en force? INTERPRETATION
  4. Tu as bien le droit de râler. En plus, c’est un sport national. ACCEPTATION

Et il y a bien d’autres projections possibles. Et vous avez certainement une idée de celle que vous apprécieriez le plus de celle que vous apprécieriez le moins, n’est ce pas?

Et c’est bien pour cela que l’une des techniques les plus efficace en thérapie est LE RECADRAGE*.

L’idée c’est d’apprendre à reconnaitre quand les gens projèttent. Cela permet de passer sur un autre niveau de relation et d’ouvrir ou de fermer la porte quand c’est nécessaire pour vous.

Une dernière chose, et pas des moindres, c’est que suivant l’idée que vous vous faites de vous même, vous aurez tendance à chercher à confirmer cette perception par les autres. Par exemple si vous avez tendance à vous juger, vous pouvez être tenté d’ouvrir la porte au jugement des autres et fermer la porte à ceux qui ne vous jugent pas pour confirmer l’idée que vous vous faites de vous.

Et vous, que projetez-vous sur les autres: Lumière ou obscurité?

Psychologie projection

*( d’où la méthode de recadrage en thérapie qui permet à quelqu’un d’adopter une vision différente des choses, c’est à dire de faire sortir les choses d’un cadre pour les mettre dans un cadre plus approprié au fonctionnement de la personne)

1 Katie Byron « In a thousand name for joy »: Living in Harmony With the Way Things Are, three Rivers Press (CA) (avril 2008)

2  Ann Andronikov « Interpreter le discours de l’autre, projections et déviances.»

 

GERET Diana

NICE et ST LAURENT DU VAR

Psychologue clinicienne

n° ADELI: 069308898

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *